fbpx
Nicolas Pinchart

Nicolas Pinchart

Après 3 années de formation à l’école de Do-In et Shiatsu enseigné par Toshi Ichikawa à Paris, je suis titulaire du titre de « Spécialiste en Shiatsu ».
Il est délivré par le Syndicat des Professionnels de Shiatsu (SPS) et inscrit au registre national des certifications professionnelles, c’est pour l’instant le seul titre reconnu en France depuis 2015.

Il y a plusieurs types de Shiatsu, celui que je pratique est issu de mon professeur Toshi Ichikawa, influencé par le Zen Shiatsu de Shizuto Masunaga et le travail au niveau du ventre avec l’Anpuku Zukai de Jinsaï Ohta.

Mes premiers pas vers le Shiatsu ont commencé à l’âge de 7ans, par une approche de massage bien-être, puis à 11ans mon professeur de Karaté m’a initié aux points vitaux appelés kyūsho permettant de neutraliser un adversaire. J’ai donc commencé à m’intéresser à ces points appelés tsubos en acupuncture et utilisés dans les massages orientaux. Je ressens le fluide énergétique qui traverse les méridiens ce qui me permet de détecter des déséquilibres énergétiques et de les équilibrer rapidement.

Pour comprendre le Shiatsu, il faut en connaître ses origines.
Au XIXe siècle, de nombreuses techniques manuelles propres au Japon coexistaient sous différentes appellations, la plus connue étant le massage Anma. Mais elles furent largement remises en cause, durant l’ère Meiji, par l’arrivée de techniques occidentales (kinésithérapie, ostéopathie et massage) qui bénéficiaient d’une aura scientifique et se basaient sur une connaissance approfondie de l’anatomie et de la physiologie. C’est ainsi que plusieurs styles sont nés avec des orientations différentes (traditionnelles, énergétiques, intégration de techniques d’ostéopathie ou de chiropractie importées de l’Occident.
En 1964, le ministère de la Santé et du Bien-être japonais distingue le shiatsu du massage.
En Europe, le Parlement européen reconnaît le shiatsu comme une médecine complémentaire digne d’intérêt et invite les États membres à les intégrer. Le shiatsu est ainsi reconnu en Autriche et en Suisse, notamment. En France, l’État reconnaît le titre professionnel de « Spécialiste en Shiatsu » depuis 2015 et charge le Syndicat des Professionnels de Shiatsu (SPS) de gérer la certification des Spécialistes en Shiatsu.

Retour haut de page